Outre la recherche documentaire autour du daguerréotype et du procédé photographique en général, j'ai porté une attention particulière sur le « côté scientifique » de l'exposé tenu le jeudi 28 février. En effet, il me paraissait évident dans le cadre de notre formation art-sciences de décrire de façon détaillée les réactions chimiques, d'une part lors de la préparation de la plaque « photosensible », et, d'autre part lors de « l'insolation ». Le recoupement de diverses sources d'informations m'ont permis de comprendre ce qui se passait réellement au niveau atomique.